MACROSCOPE : l'édition du 12 Avril

Des ressources insoupçonnées

L’expérience enseigne que l’on trouve parfois, lorsqu’on est au pied du mur, des ressources insoupçonnées. Aussi n’est-il pas étonnant que les Etats-Unis, au pied du mur de la dette, redécouvrent depuis peu une source de financement qu’ils n’avaient cessé de réduire au cours des dernières années, voire des décennies : l’impôt sur les sociétés. Janet Yellen, Secrétaire au Trésor, vient ainsi d’annoncer que les Etats-Unis envisagent de construire un large consensus mondial autour d’un taux minimal d’imposition sur les sociétés. Celui-ci serait de 21 à 28% pour les bénéfices générés sur leur sol, et de 21% minimum pour les bénéfices réalisés ailleurs dans le monde. Un taux modeste par rapport à ce qui est en place dans de nombreux pays, notamment européens, mais qui constitue une révolution aux Etats-Unis où le dernier mouvement en la matière, effectué par D. Trump peu après son arrivée au pouvoir, fut justement de baisser ce taux.

Si les Etats-Unis changent soudainement de doctrine, ce n’est pas seulement parce qu’ils viennent de passer sous administration démocrate, mais par intérêt bien compris, à l’heure où l’Etat dépense sans (presque) compter. La somme des stimuli budgétaires mis en place par les Etats-Unis pour passer la crise du Covid-19 approche en effet, selon le FMI, 27% de leur PIB. Et ce n’est pas terminé : un nouveau plan est en discussion, portant notamment sur les infrastructures, qui pourrait atteindre 2 250 milliards de dollars, répartis sur 8 ans. Pour l’instant, ces dépenses sont aisément financées par la dette, elle-même achetée en grande partie par la Fed. Mais ce mécanisme n’est pas extensible à l’infini. Si l’économie américaine se reprend, en partie justement grâce à ce stimulus hors-norme, la Fed n’aura plus la légitimité d’acheter autant de dette. Dans ce cas, il y a peu de choix: si l’on exclut le recours à une inflation galopante, dont personne ne veut, il ne reste qu’à monter les impôts.

L’avantage des Etats-Unis est que la plupart des pays sont au pied du mur de la dette.Ils peuvent donc compter sur une large coopération mondiale pour monter les impôts. Naturellement, la France et l’Allemagne sont leurs premiers soutiens…

Quelle conséquence sur les marchés financiers ? De façon générale, les entreprises américaines pourraient s’avérer un peu moins profitables après impôts. Cela pourrait affecter leurs cours de Bourse. Mais toutes ne seront pas également touchées : d’après une étude Bloomberg, les plus concernées appartiennent aux secteurs de la technologie et de la santé, à l’opposé de secteurs de l’énergie, des matériaux et de la consommation courante qui sont les moins concernés. Les grandes capitalisations, dont la proportion de revenu étranger est généralement plus élevée que les petites, sont plus concernées, d’autant que les cinq plus grandes sont justement des actions apparentées au secteur de la technologie.

Dans le même temps, si l’Etat se finance mieux par les impôts, il pourrait devoir émettre moins de dette, ce qui pourrait freiner la hausse des taux. Ce facteur-ci est davantage favorable aux actions typées « croissance », comme la technologie. Un équilibre pourrait donc en résulter en termes de type de valeur.

Les effets de ce revirement seront donc multiples, et nul ne peut aujourd’hui les pronostiquer avec assurance. Sauf l’effet principal : mieux financé, moins dépendant de l’endettement, l’Etat américain pourrait retrouver un mode de financement plus durable. Et non seulement lui, mais une grande partie du monde qui lui emboîterait le pas : la guerre à la baisse d’impôt devrait moins déstabiliser les Etats qui coopéreront. Des francs-tireurs résisteront certes, mais tout dépend de leur taille : s’il ne s’agit que de quelques  » paradis « , ce n’est pas un problème. S’il s’agit de la Chine, la question sera différente. Les Etats-Unis ne peuvent pas laisser la Chine devenir un paradis pour les entreprises. Heureusement pour eux, le risque n’est pas aujourd’hui flagrant. Mais à long terme ?

 

Télex

Tout augmente ! Les prix américains à la production, hors alimentation et énergie, augmentent de 3,1% sur un an, un niveau inédit depuis 10 ans, au-dessus du consensus pourtant déjà haussier à 2,6%. L’inflation n’est pas une vue de l’esprit : elle est bien là. Prenons du recul cependant. Premièrement, il s’agit là de prix à la production, non à la consommation. Cette inflation ne se répercutera pas forcément entièrement jusqu’au consommateur. Deuxièmement, attention aux effets de base : mars 2020 constitue un point bas pour de nombreuses données sur l’inflation. Il est logique qu’un an après, les prix se normalisent nettement.

Des services jamais vus. Après la récente publication d’une enquête d’activité manufacturière aux Etats-Unis battant des records remontant à 1983, l’enquête sur les services pour le mois de mars a battu toutes les données historiques disponibles, ressortant à 63,7 contre 59 attendus. La levée d’une partie des restrictions sanitaires aux Etats-Unis, conjuguée à la sortie d’un mois de février où la météo glaciale avait sérieusement ralenti l’économie, explique ce rebond puissant. Il pourrait perdurer, probablement sur un rythme plus raisonnable, au vu des stimuli votés par l’administration en place. 

 

Le picking de la semaine

WAVESTONE – Confiance pour l’année et au-delà

L’actu. Changement de ton chez WAVESTONE, après une année 2020 chahutée. Le cabinet de conseil français se veut optimiste et maintient ses objectifs de croissance et de marge pour 2021.

Notre analyse. La crise du Covid-19 s’est traduite pour le secteur du conseil par un gel brutal des commandes de nouvelles missions. Le taux d’activité est progressivement remonté à partir du second semestre 2020, avec notamment un excellent niveau de prises de commandes au troisième trimestre. Le groupe, qui a repris les recrutements de consultants gelés jusqu’ici, compte embaucher 400 nouveaux collaborateurs en 2021. Deux segments de clientèle se portent particulièrement bien, l’énergie et les opérateurs de services publics. L’industrie reste à la traîne, tirée vers le bas par l’automobile, malgré un taux d’activité solide dans l’industrie pharmaceutique. Les objectifs pour l’année 2021 sont confirmés, les grands contrats de transformation qui commencent à arriver mobiliseront davantage de consultants. Quelques secteurs ne sont pas revenus au niveau d’activité pré-pandémie, tels que le transport et la distribution. Le message du spécialiste du conseil reste néanmoins confiant, notamment sur le potentiel de croissance de la cybersécurité.

Conclusion. Ce management de WAVESTONE se veut optimiste sur les tendances à court et moyen terme, ce qui tranche avec le discours tenu à l’été 2020. L’entreprise a bien traversé la crise et devrait bénéficier, selon nous, de la réouverture des économies, comme l’ensemble du secteur du conseil, traditionnellement fortement corrélé aux effets de cycle.

 

Auteur : Alexis Bienvenu, Gérant.

Article achevé de rédiger le 09/04/2021.
Les informations communiquées sont le résultat de recherches internes fondées sur la base des meilleures sources en notre possession et issues d’informations publiques. Elles sont réalisées par l’équipe de gestion dans le cadre de son activité de gestion d’OPC et non d’une activité d’analyse financière au sens de la réglementation. Elles ne sont pas constitutives d’un conseil en investissement.
La Financière de l’Échiquier décline toute responsabilité quant à la pertinence ou à la réalisation de ses prévisions.